Manger végétarien chez Là-haut sur la colline ( Saint Cyr au Mont d’Or )

A l’occasion de mon dernier week-end entre filles avant l’arrivée du bébé, ma meilleure amie et moi-même sommes allées passer deux nuits à l’Ermitage, à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or dans le Rhône. Un peu rebutées par les prix pratiqués par l’établissement, nous nous sommes rabattues sur le deuxième restaurant du village, Là-haut sur la colline. Même si les critiques en ligne paraissaient mitigées, nous avons poussé la porte de ce drôle endroit qui sentait bon les meubles chinés et la cuisine de grand-mère. Pourtant, très vite, nous avons été déçues par un accueil beaucoup trop familier, et un amoncellement d’objets décoratifs sans lien les uns avec les autres, et surtout recouverts d’une couche de poussière assez impressionnante. A la fois curieuses de découvrir leur carte vantant les mérites d’une cuisine fraiche et de saison, et un peu décontenancées par l’aspect négligé des lieux, nous avons croisé les doigts et à la vue des nombreux habitués ravis d’y venir diner, nous avons fait confiance au chef…
 
Ma meilleure amie, vraiment affamée, a opté pour un risotto végétarien (fèves, tomates, carottes, parmesan, crème légèrement citronnée). Si elle en a été globalement satisfaite, j’ai pour ma part été déçue de constater l’utilisation de produits surgelés, comme les fèves qui d’ordinaire envahissent nos étals au printemps, et de sentir le riz encore trop croquant sous la dent. De mon côté, j’ai commandé une poelée de lentins du chêne et oeuf poché bio. Même si ma poelée était plutôt un bouillon de légumes, j’ai pu apprécier la fraicheur des jolis petits shiitakés qui s’y baignaient, mais en revanche mon oeuf poché s’est avéré carrément trop cuit, un comble pour une blogueuse qui elle, sait réussir un oeuf parfaitement coulant ! 
En guise de dessert, ma meilleure amie a été véritablement déçue par son île flottante à la praline, dressée devant nos yeux par la serveuse (!), copieusement arrosée de crème anglaise industrielle et beaucoup trop sucrée en bouche, tandis que je me suis régalée avec mon succulent (mais très simple), sablé spéculoos à la banane, confiture de lait et chantilly : un savant assemblage d’un écrasé de spéculoos industriels, surmonté de tranches de bananes fraiche, recouvert de confiture de lait non-maison et copieusement noyé sous une chantilly du commerce.
Vous vous en doutez bien, le verdict ne sera pas fameux. 38 euros pour deux personnes venant dîner dans un coin perdu de l’agglomération lyonnaise, un samedi soir, ça n’est effectivement pas une ruine phénoménale, mais les qualités avancées sur la carte de Là-haut sur la colline n’étant pas respectées, le rapport qualité-prix s’en voit donc bien mauvais… 

About Betty 1194 Articles
Cours de cuisine végétale sur la région niortaise

5 Comments Posted

  1. Ce we me rappelle de bons souvenirs 🙂 ou j’ai pu sentir Sacha bouger d’ailleurs !!
    L’œuf « poché » et le dessert fait en direct par contre BERKKKKKKKKK

Comments are closed.