Manger végétarien chez Le bouchon nivernais (Nevers)

Mon beau-père vient de fêter son 70ème anniversaire et à cette occasion, nous nous sommes rendus dans un établissement neversois, Le bouchon nivernais. Joli petit restaurant situé sur le Faubourg du Grand Mouesse, et donc légèrement excentré du centre-ville, il est tenu par une charmante équipe jeune et dynamique, qui sait satisfaire le client et apporter une petite touche d’humour fort agréable après une interminable journée assis sur sa chaise de bureau. Rehaussé par une décoration intérieure boisée et originale, Le bouchon nivernais a, d’aspect, toutes les qualités nécessaires, à une excellente réputation !
Pour trinquer comme il se doit, nous avons opté pour un kir maison légèrement sucré, accompagné de petits roulés de pâtes feuilletée en guise d’amuse-bouche, un peu secs et peu parfumés.
En guise d’entrée, si mes beaux-parents sont partis sur une salade du bouchon, mon homme a opté pour des oeufs en couille d’ane, sauce à l’ivrogne, toasts de pain grillé, copie quasi-parfaite des traditionnels oeufs moeurette que l’on déguste bien souvent dans la campagne bourguignonne, et ici terriblement succulents d’après les dires de mon cobaye-photographe. Pour ma part, j’ai été très agréablement surprise par les crostini de chèvre, tomates confites et gratinée dans nos fours, mêlée de salade, une jolie assiette tout en chaud-froid avec un fromage parfumé et fondant à souhaite, parfaitement amalgamé à un pain croustillant de qualité. 
Comme nous nous trouvions dans un établissement résolument tourné vers la viande, mes beaux-parents ont décidé de commander, un canon d’onglet de boeuf, tombée d’échalotes confites et gâteau de pommes de terre pour ma elle-mère et un pavé de coeur de rumsteak grillé à la plancha grosses frites au couteau, sauce au roquefort
Mon homme et moi-même avions prévenu au moment de la réservation, la maison afin qu’elle puisse prendre en considération notre régime végétarien, mais l’information n’ayant pas été communiquée au préalable, nous avons à nouveau du subir l’éternelle question de « qu’est-ce que vous voulez manger », et comme l’imagination n’a pas semblé être le fort du chef de cuisine, nous avons demandé de la cervelle de canut, fromage frais de campagne aromatisé avec ail, échalote, ciboulette, poivre et sel, avec des pommes de terre à la vapeur. Déçus par le manque d’initiative des cuisiniers, nous avons tout de même avalé notre fromage assez fade et nos pommes de terre en conserve irrémédiablement décevantes. 
Pour terminer, nous avons commandé un entremet au chocolat assez classique, mais cependant parfaitement réalisé, à base d’une couche de fondant au chocolat, d’une couche de feuillantine au chocolat et d’une dernière couche à base de mousse au chocolat. Somme toute assez basique, le dessert a cependant rempli son rôle de désir de sucre en fin de repas !
Pour une note de 119 pour quatre personnes, avec boisson, Le bouchon nivernais est un restaurant au rapport qualité-prix intéressant, mais qui manque cependant cruellement d’imagination et de créativité si on va au delà de la cuisine simple et traditionnelle qu’il propose. Notre petit bout de chemin de gastronomes végétariens ne repassera pas deux fois par chez lui…
 

About Betty 1204 Articles
Cours de cuisine végétale sur la région niortaise

2 Comments Posted

  1. 119 euros pour deux ? ou bien pour quatre ?
    décevant en effet le manque d'idée pour les végétariens
    bcp de gens pensent que l'on n'a qu'à se contenter de la salade et des 3 bouts de carottes perdus dans l'assiette … même si je mange encore parfois de la viande, je la réserve de plus en plus souvent aux enfants
    bisous

Comments are closed.